Usage

Le maire de Londres prépare-t-il la légalisation du cannabis au Royaume-Uni ?

cannabis royaume uni legalisation

Le maire de Londres souhaite faire bouger les lignes sur le cannabis au Royaume-Uni. Alors que la bourse de Londres ouvre ses portes aux acteurs de cette industrie, le changement des mentalités autour de la substance, son poids économique, son utilisation thérapeutique et l’état des finances publiques semblent être une opportunité pour la légalisation du cannabis.
Yogah fait un point sur la situation outre-Manche pour vous !

Le maire de Londres milite pour la dépénalisation du cannabis

Sadiq Khan, le maire de Londres, envisage de lancer une étude sur la dépénalisation du cannabis dans un contexte de changement d’attitude du public vis-à-vis de la substance. Cette évolution pourrait s’avérer bénéfique pour les leaders mondiaux de l’industrie du cannabis, car ils sont à la recherche d’opportunités de croissance future.

sadiq khan maire londres cannabisEn tête des sondages pour les prochaines élections municipales, Sadiq Khan a déclaré dans son manifeste de campagne électorale qu’il mettrait en place une “London Drugs Commission” s’il était réélu. Cette commission examinerait l’efficacité des lois britanniques sur les drogues, en se concentrant particulièrement sur le cannabis.

Le manifeste de M. Khan fait état de la demande d’un débat sur la législation britannique en matière de drogues. Il ajoute que les ressources policières « pourraient mieux se concentrer sur les drogues qui causent le plus de dommages ».

Selon un sondage réalisé par l’institut Survation, une très large majorité (63%) des Londoniens est en faveur d’une légalisation et d’une réglementation de la vente et de la consommation du cannabis. Seulement 19% sont opposés à l’assouplissement des règles. À plus grande échelle, au niveau du pays, 47% des Britanniques sont en faveur de la légalisation et seulement 30% y sont opposés. Le solde, quant à lui, reste indécis.

La bourse s’enflamme sur les valeurs liées au cannabis

Le cours des actions de l’industrie du cannabis au Royaume-Uni est à la hausse, en particulier avec l’assouplissement des réglementations boursières. Ainsi, certaines valeurs du cannabis peuvent désormais se négocier à la Bourse de Londres.

C’est le cas des entreprises comme Kanabo Group, une société israélienne de cannabis médical qui a réalisé son introduction en Bourse sur le marché AIM (Alternative Investment Market) de Londres en février. Le prix d’émission de Kanabo de 6,5 pence par action a depuis quadruplé à 26 pence.

En février, une autre introduction en bourse d’une société de l’industrie du cannabis a eu lieu : celle de MGC Pharmaceuticals. L’action de MGC avait un prix d’émission de 1,475 pence au moment de son introduction et se négocie maintenant plus de 2,5 fois sa valeur de départ à 3,80 pence.

Même les grands acteurs, comme Associated British Foods, société cotée au Footsie 100, veulent mettre la main sur ce marché. L’entreprise, qui est connue pour posséder le détaillant de mode à bas prix Primark, est l’un des plus grands producteurs légaux de cannabis du Royaume-Uni. Elle cultive du cannabis spécialement sélectionné pour produire du CBD, une substance non
psychoactive.

Canopy Growth, l’une des principales sociétés de cannabis, a déjà vu ses actions augmenter de plus de 6 % depuis le début de l’année 2021 au Nasdaq. Cela est dû en grande partie aux espoirs de légalisation du cannabis aux États-Unis, qui ouvriraient les vannes à la consommation des produits dérivés du chanvre.

Si le marché du Royaume-Uni s’ouvre, des marques nord-américaines établies comme Canopy et Aurora Cannabis, pourraient bien se tourner vers la bourse de Londres pour trouver de nouveaux financements.

Un changement de comportement vis-à-vis du cannabis

Bien que les médecins aient été réticents à délivrer des ordonnances, les attitudes changent vis-à-vis des cannabinoïdes. Le Royaume-Uni a légalisé le cannabis médical fin 2018.

cannabis madical etude royaume uniUn facteur va accélérer ce changement de mentalité : une étude nommée “projet Twenty 21″. Elle durera 2 ans et environ 20 000 patients recevront
un médicament à base de cannabis d’ici la fin de l’année. Le projet vise à créer le plus grand corpus de preuves du Royaume-Uni sur l’efficacité et la tolérance du cannabis médical. Les patients concernés par cette étude scientifique sont des personnes souffrant de troubles tels que l’anxiété, l’épilepsie et de douleurs chroniques.

Le projet Twenty 21 vise à changer les attitudes des décideurs politiques sur les cannabinoïdes. L’objectif est de rendre le cannabis thérapeutique aussi facilement accessible que les autres médicaments délivrés sur ordonnance pour le traitement de certaines pathologies.

Une nouvelle manne financière pour les administrations publiques

Selon le cabinet de conseil spécialisé en cannabis Prohibition Partners, le marché légal du cannabis au Royaume-Uni devrait dépasser les 2 milliards de livres sterling d’ici 2024. Face à cette nouvelle manne, la légalisation pourrait bien devenir une source de revenus substantielle pour le gouvernement, comme cela a été le cas dans d’autres États dans le monde.

Par exemple, le Colorado a légalisé le cannabis récréatif en 2012 et les avantages fiscaux qui en découlent sont déjà très persuasifs. En effet, l’État a perçu plus de 387 millions de dollars de recettes fiscales alors que les ventes de marijuana en 2020 ont atteint près de 2,2 milliards de livres. Pour l’ensemble des États-Unis, les ventes légales de cannabis ont
atteint un record de 17,5 milliards de dollars en 2020, soit une hausse de 46 % par rapport à 2019.

Alors que désormais, les États-Unis semblent se diriger vers une légalisation totale, le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, est en train de rédiger « une nouvelle réforme fédérale de la légalisation de la marijuana ». Dans son ‘Plan for Black America’, Joe Biden s’est engagé à « dépénaliser l’usage du cannabis », et à annuler automatiquement toutes les
condamnations antérieures pour usage de cannabis.

Suivre les traces des États-Unis est certainement une piste séduisante pour le Royaume-Uni, qui cherche à augmenter ses recettes fiscales à la suite de la crise de la Covid-19. L’analyste Alastair Ford, de Proactive Investors, a même prédit que la légalisation est une « réponse probable » au déficit économique du Royaume-Uni suite à la pandémie. Par ces temps difficiles
pour les comptes publics, la légalisation du cannabis représenterait une nouvelle ressource fiscale pour le gouvernement britannique.

De plus, la légalisation pourrait également représenter une énorme économie d’argent public. Un rapport de la TaxPayers’ Alliance a démontré que la légalisation pourrait permettre au gouvernement d’économiser 890 millions de livres sterling par an sur le budget de la police, des prisons et des tribunaux.

Vers une légalisation ?

Sur l’échiquier politique, le gouvernement britannique a condamné la position de M. Khan. Allegra Stratton, attachée de presse du Premier ministre britannique Boris Johnson, s’est exprimée dans le journal The Guardian. Elle a déclaré que « la politique relative aux drogues contrôlées relève du gouvernement britannique » et non du bureau du maire de Londres.

Cependant, bien que M. Khan ne soit pas en mesure de changer la loi, son manifeste fait clairement état d’un changement d’attitude envers le cannabis. Le maire a déclaré qu’il espérait « provoquer un débat national attendu depuis longtemps » sur cette substance.

Ce débat pourrait mettre le Royaume-Uni sur la voie de la légalisation. De plus, avec l’étude la plus importante sur le cannabis médical en cours, il y a de fortes chances de voir l’utilisation du cannabis médical augmenter également.