CBD & Endométriose : le cannabidiol peut-il aider ?

cbd endométriose

Découvrez nos huiles CBD pour soulager vos douleurs

Maladie gynécologique silencieuse, l’endométriose, longtemps ignorée, fait de plus en plus parler d’elle. Pourtant, loin d’être anodine, l’endométriose est une pathologie aux multiples symptômes. Le plus fréquent d’entre eux se manifeste par des douleurs chroniques difficiles à vivre pour les femmes atteintes. Selon l’Association de lutte contre l’endométriose en France, environ 10% des femmes en âge de procréer seraient touchées par cette maladie, du moins lorsqu’elle est diagnostiquée.

Malheureusement, la médecine n’a pas encore trouvé de remède à l’endométriose, seuls des traitements antalgiques et anti-inflammatoires permettent d’apaiser ses symptômes. De nombreuses femmes atteintes considèrent aujourd’hui des alternatives naturelles dépourvues d’effets secondaires lourds, comme le cannabis, pour soulager la douleur.

Qu’est-ce que l’endométriose ? Quel traitement existe à ce jour ? Quels effets peut avoir le CBD, issu du chanvre, sur la maladie ? Les huiles de chanvre sont-elles la solution ? C‘est ce que nous allons voir.

Que faut-il savoir sur l’endométriose ?

Lorsque l’on sait qu’une femme sur 10 est atteinte d’endométriose et qu’il faut en moyenne 7 ans pour poser ce diagnostic, il est impératif de sensibiliser sur cette maladie. L’endométriose est une maladie chronique invalidante, dont les symptômes sont aussi variés qu’il y a de femmes concernées. Cette variété rend difficile la pose d’un diagnostic, d’autant plus que les douleurs menstruelles et pelviennes chez les femmes ont longtemps été considérées comme “normales”. Le problème de ce retard dans l’identification de la maladie engendre de gros dégâts qui, avec le temps, peuvent endommager l’organisme.

Avant de rentrer dans les détails, il est important de comprendre ce qu’est l’endométriose, les causes et symptômes, mais aussi les traitements proposés actuellement.

Qu’est-ce que l’endométriose ?

Maladie gynécologique méconnue, l’endométriose est une pathologie qui affecte l’endomètre. Durant le cycle féminin, cette muqueuse, qui tapisse la paroi utérine, s’épaissit lors d’un afflux d’œstrogènes afin de se préparer à la réception d’un ovule fécondé pour la future grossesse. Lorsqu’il n’y a pas d’ovule qui s’y accroche, l’endomètre se désagrège et finit par s’écouler sous forme de sang. Ce phénomène est bien connu, il s’agit des règles.

Lorsqu’une femme est atteinte de cette pathologie, pendant les menstruations, la muqueuse utérine ne s’écoule pas uniquement vers la sortie. En effet, l’endomètre migre autour de l’utérus et va coloniser les organes proches de l’appareil génital féminin. On retrouve régulièrement des lésions endométriales dans les trompes, le col, les ovaires, la vessie,…mais aussi en dehors de l’utérus : dans les intestins, les ligaments et le rectum. Plus le diagnostic met du temps à être posé, plus les tissus invasifs vont coloniser ces organes, créant des dommages parfois considérables. Ce sont ces migrations de la paroie utérine qui produisent des douleurs chroniques très violentes et d’autres conséquences difficiles à vivre. En effet, les cellules d’endomètre différenciées, à l’extérieur de l’utérus, saignent comme les autres cellules endométriales lors des règles, à cause des hormones. Ce phénomène crée une réaction inflammatoire chronique, des lésions, des adhérences, voire des kystes ovariens qui engendrent des douleurs violentes.

Plusieurs degrés et stades d’endométriose ont été définis en raison de la place de la maladie : superficiel, ovarien et profond. Elle peut également rester en sommeil et se déclencher du jour au lendemain, suite à une prise hormonale ou une grossesse par exemple.

Quelles sont les causes de l’endométriose ?

L’endométriose est une pathologie  inquiétante lorsque l’on se penche sur les explications du phénomène qui se produit. Malheureusement à ce jour, les causes concrètes de l’apparition de la maladie sont encore méconnues. Les scientifiques ont identifié un type de femme prédisposée à être sujette à la maladie. Comme beaucoup de pathologies chroniques, les femmes ayant des antécédents génétiques d’endométriose dans leur famille auraient de grandes chances d’en souffrir. De plus, les femmes avec certaines malformations utérines pourraient être prédisposées à avoir cette pathologie. Une corrélation existe également entre les cycles menstruels plus courts que la moyenne et les personnes atteintes. De là à savoir s’il s’agit d’une cause ou d’une conséquence, il faudra plus d’études à ce sujet.

Selon de récentes recherches [1], les perturbateurs endocriniens (plastique, conservateurs, pesticides, hydrocarbures) pourraient également avoir une incidence sur la présence d’endométriose. En effet, c’est l’afflux d’œstrogènes qui, pendant les règles, a un impact sur la paroi utérine. Certains perturbateurs endocriniens, les xéno-œstrogènes, ont quant à eux une activité œstrogénique similaire aux hormones produites par le corps et pourraient donc influer sur la maladie.

Quels sont ses symptômes ?

Le symptôme principal de l’endométriose est la douleur, notamment pendant les règles, qui touche entre 50 et 90% des personnes ayant de l’endométriose. Les douleurs, en plus d’être menstruelles peuvent aussi être pelviennes, lombaires, abdominales et survenir pendant les rapports sexuels.

L’endométriose est souvent responsable de règles hémorragiques (très abondantes), entraînant des anémies et donc des malaises ainsi qu’une fatigue importante. Comme nous avons pu le voir, les organes proches de l’utérus sont touchés. Il n’est donc pas rares pour les femmes ayant de l’endométriose d’avoir également des troubles digestifs (nausée, ballonnement, vomissement, diarrhée, constipation) à cause d’inflammation pouvant développer le syndrome de l’intestin irritable, des difficultés à uriner et des kystes ovariens.

De nombreuses personnes ayant de l’endométriose souffrent également de fibromyalgie, d’ovaires polykystiques, d’adénomyose (endométriose interne) ou encore de lupus. Un panel de symptômes qui entraîne une incapacité partielle, voire totale, pendant quelques jours affectant la vie et le bien-être quotidien des femmes. Une pathologie éprouvante tant physiquement que psychologiquement qui souvent entraîne du stress, de l’anxiété et un état de dépression.

Point important à noter : les symptômes que nous venons d’aborder ne sont pas immuables. Chaque endométriose est unique, car chaque femme atteinte à des symptômes qui lui sont propres. D’ailleurs, la taille des lésions n’est absolument pas proportionnelle à la peine ressentie.

Quels sont les traitements de l’endométriose ?

À ce jour, aucun traitement n’existe pour guérir de la maladie. La seule solution proposée consiste à alléger les conséquences de l’endométriose et à apaiser l’inconfort causé par les symptômes en prenant des médicaments type anti-inflammatoires, antalgiques et opiacés. Malheureusement, ce type de traitement vient avec son lot de problèmes : effets secondaires importants, dépendance, baisse du système immunitaire, accoutumance, peu, voire pas, d’efficacité.

Une autre solution proposée par les médecins pour traiter l’endométriose est la prise de contraceptifs hormonaux (pilule en continu, stérilet, implant), dans le but de provoquer une absence de règles (aménorrhée). La prise de médicament au vu de créer une ménopause artificielle est également envisagée dans certain cas, car l’endométriose cesse avec la ménopause.

Lorsque les lésions sont trop importantes ou que les douleurs deviennent trop invalidantes, une chirurgie (cœlioscopie) est mise en place pour apaiser et faire le ménage avec les lésions d’endométriose.

Pour éviter les complications des médicaments et leurs effets indésirables, de nombreuses personnes souffrant d’endométriose, en France comme en Europe, se penchent vers la médecine douce comme l’ostéopathie pour soulager certaines pathologies et défaire certaines adhésions. D’autres solutions naturelles sont également explorées pour apaiser les douleurs, comme l’emploi de la naturopathie et du CBD.

Comment le CBD soulage l’endométriose et ses symptômes ?

Au vu des nombreux effets indésirables des anti-douleurs classiques, une approche holistique est souvent considérée par les personnes souffrant d’endométriose. Les effets antalgiques et les propriétés anti-inflammatoires du CBD permettent parfois de mieux soulager les douleurs grâce à ses bienfaits.

Le cannabidiol soulagerait les effets délétères de l’endométriose en devenant un catalyseur dans l’organisme. En effet, d’après de multiples études [2], le déséquilibre du système endocannabinoïde pourrait influer sur le développement de l’endométriose. D’ailleurs, ce serait les endocannabinoïdes (cannabinoïdes créés par le corps) qui pourraient être impliqués dans la régulation, la multiplication et la migration des cellules endométriales. Le CBD quant à lui pourrait freiner cette migration cellulaire en agissant sur les récepteurs CB1 et CB2 du système endocannabinoïde.

Outre ses effets sur l’endométriose directement, qui restent à nuancer en raison du peu d’études présentes à ce jour sur le sujet, le cannabis thérapeuthique agit efficacement pour apaiser les symptômes de l’endométriose [3]. Le CBD aide ainsi les femmes ayant de l’endométriose à apaiser le symptôme principal le plus compliqué à gérer au quotidien : la douleur.

Alternative douce aux médicaments aux lourds effets secondaires, le cannabidiol permettrait de soulager les douleurs de l’endométriose et d’améliorer ainsi le bien-être quotidien des femmes. L’huile de CBD, issue du chanvre, serait aussi prisée pour ses bienfaits sur l’anxiété, la fatigue, les maux de tête, la dépression, l’inflammation et autres pathologies dues à l’endométriose [4].

Bien que le cannabis thérapeutique ne soigne pas l’endométriose, il est une grande aide pour soulager les désagréments de la maladie sans en créer de nouveaux. Il permet de :

  • prévenir la migration cellulaire
  • atténuer la douleur
  • soulager lors d’états nauséeux
  • calmer les états anxieux liés à la peur d’avoir mal ou à l’anticipation de la douleur
  • aider au sommeil quand la douleur est trop importante

Quel produit au CBD prendre pour soulager l’endométriose ?

L’endométriose cause des douleurs épisodiques pendant la menstruation et les fluctuations hormonales (ovulation, SPM). Les femmes atteintes d’endométriose ne savent parfois pas quand la douleur va survenir. C’est pourquoi l’huile CBD est la plus appropriée.

Comme nous l’avons vu dans l’article sur la biodisponibilité du CBD, la prise d’huile de CBD par voie sublinguale agit rapidement sur les douleurs grâce à sa diffusion rapide dans le sang, en fonction du dosage de cannabinoïdes. En passant par les muqueuses de la bouche, les molécules de CBD évitent également l’effet de premier passage digestif et sont plus efficaces. Les huiles CBD broad spectrum (sans THC) pourraient être de bonnes options pour soulager des douleurs avec un pourcentage et dosage élevé.

Pour apaiser localement des zones douloureuses comme les lombaires, la zone pelvienne ou abdominale, l’huile de massage au CBD et les gels au CBD peuvent également être utilisés en complément. Une manière d’apaiser tout en passant un moment agréable.

Sources :

  1. J T Rumph, V R Stephens, A E Archibong, K G Osteen, K L Bruner-Tran (2020) Environmental Endocrine Disruptors and Endometriosis.
  2. A M Sanchez, P Vigano, A Mugione, P Panina-Bordignon, M Candiani (2012) The molecular connections between the cannabinoid system and endometriosis.
  3. J Sinclair, C A Smith, J Abbott, K J Chalmers, D W Pate, M Armour (2020) Cannabis Use, a Self-Management Strategy Among Australian Women With Endometriosis: Results From a National Online Survey.
  4. N. D. Volkow (2015) The Biology and Potential Therapeutic Effects of Cannabidiol.

Découvrez notre dossier sur le CBD et le Bien-Être

Commencez à taper pour voir les produits que vous recherchez.
Discuter avec Yogah.
1
Vous avez besoin d'aide ?
Hello 👋🏻
Pouvons-nous vous aider ? 😊